Pourquoi Dieu A-T-Il Dit À Abraham De Tuer Isaac?

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi Dieu a demandé à Abraham de sacrifier son fils Isaac ? Les gens qui croient que la loi de Dieu ne fonctionne pas différemment de la loi humaine – des règles imposées qui exigent que le gouvernement punisse ceux qui enfreignent les règles – suggèrent souvent que cette histoire prouve que Dieu exige un paiement légal de sang humain afin de payer pour nos péchés.

Mais ceux qui reconnaissent Dieu comme Créateur – Ses lois sont les lois sur lesquelles la réalité est construite pour fonctionner – comprennent que quelque chose de beaucoup plus profond se produisait dans cette histoire, quelque chose conçu non seulement pour révéler la vérité à Abraham, mais aussi pour l’aider à surmonter le péché dans sa vie.

À deux reprises, l’une avec Pharaon et l’autre avec Abimélec, Abraham a eu l’occasion de confier sa vie à Dieu. Cependant, à chaque fois, Abraham, au lieu de faire confiance à Dieu, a menti et a dit à ces puissants dirigeants que Sarah était sa sœur plutôt que sa femme.

Pourquoi Abraham a-t-il menti ? Genèse 20:11-13 dit :

Abraham répondit: “Je me disais qu’il n’y avait sans doute aucune crainte de Dieu dans ce pays et que l’on me tuerait à cause de ma femme. De plus, il est vrai qu’elle est ma sœur, puisqu’elle est la fille de mon père; seulement, elle n’est pas la fille de ma mère et elle est devenue ma femme. Lorsque Dieu m’a fait errer loin de ma famille, j’ai dit à Sara: ‘Voici l’acte de bonté dont tu pourras faire preuve envers moi: partout où nous irons, présente-moi comme ton frère.’”

En termes simples : Abraham a menti parce qu’il avait peur.

Pourquoi Adam et Ève ont-ils fui Dieu après avoir péché ? Parce qu’ils avaient peur. La peur fait partie de l’infection du péché et est le sentiment qui résulte d’une confiance brisée. La peur provoque l’égoïsme. Une prise de décision craintive et égocentrique est le contraire de l’amour ; cela nous amène à chercher à nous sauver nous-mêmes, à nous éloigner de la confiance en Dieu pour notre vie et d’agir dans un amour désintéressé envers les autres.

Tous les humains sont infectés par l’égoïsme et, en dehors de Dieu, agiront dans leur propre intérêt. Cependant, Dieu appelle tous les humains à la guérison totale, au salut. Ceux qui répondent positivement à cet appel retrouvent la confiance, et dans cette confiance, ils ouvrent leur cœur et l’Esprit leur apporte de nouvelles motivations : l’amour, l’honnêteté et la bonté. Mais même si nous avons désormais confiance et que nous avons un cœur désireux de faire le bien, les vieilles habitudes et les défauts de caractère ne sont pas instantanément éradiqués. La transformation du caractère se produit dans le contexte de la relation de confiance avec Dieu, lorsque nous choisissons d’appliquer à notre vie ce que Dieu a révélé être le meilleur pour nous.

C’est la seule façon pour Dieu de guérir le cœur d’une personne et de conserver son individualité, son identité et sa personnalité. Nous devons choisir activement de participer avec Dieu. Lorsque nous lui faisons confiance, recevons l’Esprit qui nous habite, puis choisissons de faire la volonté de Dieu lorsque nous en sommes conscients, malgré les sentiments de peur et d’insécurité, alors notre cerveau se recâble et notre caractère change. Dieu veut guérir l’humanité – vous et moi – de cette peur et de cet égoïsme.

Le voyage d’Abraham

Abraham était un pécheur, tout comme nous tous, et il avait besoin du même remède divin. Alors, que nous enseigne l’expérience d’Abraham sur le plan de Dieu pour guérir et pour restaurer ?

Nous voyons en Abraham notre modèle de foi, mais il est devenu un modèle de foi ; il n’est pas né comme modèle de foi. Abraham a lutté contre les mêmes tentations et les mêmes échecs avec lesquels vous et moi luttons. Dieu a conduit Abraham sur un chemin destiné à le faire mûrir et à lui inculquer un caractère confiant et digne de Dieu.

Dieu a créé notre esprit pour qu’il fonctionne d’une manière particulière ; les facultés les plus élevées que nous possédons sont les facultés de raison et de conscience, qui constituent ensemble notre jugement. Nous avons aussi une volonté, qui est la faculté de choisir, et nous avons des sentiments, des émotions et des désirs. Jésus a dit : “vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres.” (Jean 8:32). Dans quelles facultés de l’esprit la vérité entre-t-elle ? Par notre raison et notre conscience. La Bible dit également que nos sentiments et nos désirs nous conduisent à la tentation (Jacques 1:14). Ainsi, dans la vie, nous nous trouvons dans des situations au cours desquelles Dieu révèle la vérité à notre esprit et convainc notre conscience de la bonne marche à suivre.   Notre jugement conclut alors à ce qui est le mieux, mais nos propres sentiments interfèrent et nous tentent d’aller dans une direction différente. Chaque fois que nous choisissons nos sentiments plutôt que notre jugement et que nous choisissons des actions qui vont à l’encontre de notre raison et de notre conscience, nous endommageons notre caractère et nos facultés mentales. Si une personne persiste suffisamment longtemps dans une telle prise de décision, sa conscience est brûlée et sa raison est déformée.

Nous voyons tout cela se dérouler dans la vie d’Abraham.

Abraham éprouvait des sentiments de peur qui annulaient son jugement et, à plusieurs reprises, il mentit pour se protéger. Cela a porté atteinte au caractère et au jugement d’Abraham. Bien sûr, Dieu aimait toujours Abraham et voulait le libérer de la peur et de l’égoïsme, de sa faiblesse de caractère et le restaurer à la justice. La seule façon d’y parvenir était d’amener Abraham à des points de décision où il devait exercer sa volonté – choisir – faire confiance à Dieu, ouvrir son cœur à l’Esprit, puis choisir de faire ce qu’il savait être juste face à des sentiments puissants le tentant d’aller dans la direction opposée. Un commentaire biblique le décrit ainsi :

Dieu avait appelé Abraham à être le père des croyants. Sa vie devait servir d’exemple aux générations futures. Mais sa foi n’avait pas été parfaite; elle avait faibli le jour où il n’avait pas osé avouer que Sara était sa femme, ainsi que lors de son mariage avec Agar. Aussi, pour lui donner plus de confiance en son Père céleste, Dieu va le soumettre à une nouvelle épreuve, la plus dure qu’aucun homme ait jamais été appelé à subir. Dans une vision de la nuit, ordre lui est donné de se rendre au pays de Morija pour y offrir son fils en sacrifice sur une montagne qui lui sera désignée. [1]

Pourquoi Dieu a-t-il appelé Abraham à sacrifier Isaac ? Pour de multiples raisons.

La première raison était liée au développement du caractère d’Abraham. Abraham devait choisir de faire confiance à Dieu et de surmonter sa propre peur, son insécurité et sa volonté de chercher à se sauver.

Veux-tu reconnaître, homme sans intelligence, que la foi sans les œuvres est morte? Notre ancêtre Abraham n’a-t-il pas été considéré comme juste sur la base de ses actes, lorsqu’il a offert son fils Isaac sur l’autel? Tu vois bien que sa foi agissait avec ses œuvres et que par les œuvres sa foi a été menée à la perfection. Ainsi s’est accompli ce que dit l’Écriture: Abraham eut confiance en Dieu et cela lui fut compté comme justice. Et il a été appelé ami de Dieu. Vous voyez [donc] que l’homme est déclaré juste sur la base de ses actes, et pas seulement de la foi. (Jacques 2:20-24 S21).

Nous devons parvenir à connaître la vérité, mais la connaissance de la vérité ne suffit pas ; nous devons mettre la vérité en action avant d’être transformés par la vérité.

Si vous souffrez d’une pneumonie et que le médecin vous donne un antibiotique et que vous croyez que l’antibiotique vous aidera (et en vérité, il le fera), mais que vous ne prenez jamais l’antibiotique, votre croyance en la vérité sans l’appliquer (prendre l’antibiotique) vous soigne-t-elle? Bien sûr que non. De même, croire la vérité sans la mettre en pratique n’entraîne pas la guérison ni la transformation de nos vies. Pourquoi? Parce que la seule manière de conserver notre individualité et de transformer notre caractère est que chacun de nous choisisse de faire confiance à Dieu, d’ouvrir son cœur à l’Esprit, puis d’appliquer ses directives à sa propre vie.

Or, Abraham a menti deux fois auparavant pour se sauver ; pourquoi Dieu lui a-t-il alors ordonné de sacrifier son fils et non lui-même ? Parce qu’Abraham se souciait finalement de quelque chose de plus que sa propre vie mortelle. Abraham se souciait de son fils et de ce que son fils représentait. Isaac représentait l’héritage d’Abraham, le nom d’Abraham, la promesse d’Abraham et le succès d’Abraham. En sacrifiant Isaac, Abraham fut appelé à sacrifier ce qui était plus important pour lui que sa propre vie. Isaac était ce qui comptait le plus pour lui. Abraham a dû choisir : faire confiance à Dieu ou se fier à lui-même ? C’était la seule manière de vaincre l’égoïsme d’Abraham.

La deuxième raison pour laquelle Dieu a appelé Abraham à sacrifier Isaac se trouve dans Jean 8:56. Jésus a dit : ” Votre ancêtre Abraham a été rempli de joie à la pensée de voir mon jour; il l’a vu et il s’est réjoui. ” (S21).

Abraham avait envie de connaître Dieu plus intimement, de comprendre le caractère de Dieu et son plan de salut, ainsi que de comprendre et de voir le Sauveur. Dieu a demandé à Abraham de sacrifier Isaac comme moyen de réaliser son désir de comprendre, de se connecter, d’avoir de l’empathie, de connaître et d’avancer vers une plus grande intimité avec Dieu. C’était la réponse de Dieu à la propre demande d’Abraham. Dans la lutte atroce pour sacrifier son fils, Abraham s’est identifié au cœur de Dieu et a pu mieux le connaître. Un commentaire biblique l’exprime ainsi :

Abraham avait vivement désiré voir le Sauveur promis. Il avait demandé avec instance de pouvoir contempler le Messie avant de mourir. Et il a vu le Christ. Favorisé par une lumière surnaturelle, il reconnut le divin caractère du Christ. Il vit son jour et se réjouit. Il lui fut donné de percevoir le sacrifice divin pour le péché. Sa propre expérience lui offrit une image de ce sacrifice. Il reçut l’ordre: “Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac, … offre-le en holocauste.” (Genèse 22:2) Il plaça le fils de la promesse sur l’autel du sacrifice, ce fils en qui se concentraient toutes ses espérances. Alors qu’il brandissait le couteau, prêt à se conformer à l’ordre divin, une voix venant du ciel se fit entendre à lui: “Ne porte pas la main sur l’enfant et ne lui fais aucun mal. Je sais maintenant que tu crains Dieu, puisque tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique”. (Genèse 22:12) Cette terrible épreuve fut imposée à Abraham pour lui permettre de voir le jour du Christ, de comprendre le grand amour dont Dieu a aimé le monde, si grand que pour le sauver de sa dégradation il n’a pas hésité à livrer son Fils unique à une mort ignominieuse. [2]

La troisième raison pour laquelle Dieu a appelé Abraham à sacrifier Isaac était pour démontrer aux êtres intelligents du ciel, les anges sans péché, que ceux qui font confiance à Dieu sont guéris et restaurés – pour montrer que les méthodes de Dieu fonctionnent !

L’apôtre Paul a écrit : ” En effet, il me semble que Dieu a fait de nous, apôtres, les derniers des hommes, des condamnés à mort en quelque sorte, puisque nous avons été donnés en spectacle [théâtre] au monde, aux anges et aux hommes. ” (1 Corinthiens 4:9 S21).

L’apôtre Pierre a écrit : “Il leur a été révélé que ce n’était pas pour eux-mêmes, mais pour vous, qu’ils étaient au service de ce message. Les hommes qui vous ont prêché l’Évangile par le Saint-Esprit envoyé du ciel vous ont maintenant annoncé ce message, dans lequel les anges eux-mêmes désirent plonger leurs regards!” (1 Pierre 1:12 S21).

Les anges ne peuvent pas lire les secrets du cœur ; seul Dieu le peut. Si les anges pouvaient voir les secrets du cœur, alors un tiers d’entre eux n’auraient pas été trompés par Lucifer. Dieu doit donc démontrer que ses méthodes fonctionnent.

Tout comme il l’a fait dans le cas de Job, Satan, au ciel, devant Dieu et les anges, a fait des allégations contre Abraham, affirmant qu’il avait menti et avait trahi la confiance de Dieu. Par conséquent, accusait Satan, Abraham n’était pas digne d’être le père des fidèles, le père de la famille par laquelle le Messie viendrait. Mais Dieu connaissait le cœur d’Abraham et, bien qu’Abraham ait lutté contre la peur et l’égoïsme, il en était venu à faire confiance à Dieu. Par conséquent, Dieu a prévu cette intervention peu orthodoxe pour donner à Abraham l’opportunité de choisir de faire confiance à Dieu sous l’observation attentive des intelligences célestes, pour leur montrer qu’Abraham était transformé intérieurement et que l’égoïsme ne régnait plus dans son cœur.

Le livre Patriarches et Prophètes, page 133.1, le décrit ainsi :

Il y a plus. Le sacrifice exigé d’Abraham n’avait pas uniquement en vue son propre bien, ni celui des générations futures, mais l’édification des êtres purs qui habitent le ciel et les autres mondes. Le territoire de la lutte entre Jésus-Christ et Satan, le champ sur lequel elle se livre pour le plan du salut est le manuel de l’univers. A l’occasion d’un manque de foi de la part d’Abraham à l’endroit des promesses de Dieu, Satan l’avait accusé devant les anges et devant le Père et déclaré indigne des bienfaits de l’alliance dont il avait violé les conditions. Aussi Dieu jugea-t-il bon d’éprouver la fidélité de son serviteur devant l’univers, tant pour développer plus clairement le plan du salut aux regards de ses habitants que pour leur démontrer qu’il n’accepte rien de moins qu’une obéissance parfaite.

Une raison de plus

Nous devons également nous rappeler que dans les instructions données à Abraham de sacrifier Isaac, Dieu n’a jamais eu l’intention qu’Abraham tue réellement son fils. Dieu savait déjà ce qu’Abraham était prêt à faire, alors même si Dieu a appelé Abraham à sacrifier son fils pour les raisons déjà évoquées, il a également accompli une chose supplémentaire : démontrer que le sacrifice humain n’est pas ce que Dieu veut et que Dieu ne l’acceptera pas.

De nombreuses cultures païennes à l’époque d’Abraham et tout au long de l’histoire ont encouragé le sacrifice humain. Dieu, à travers Abraham, a démontré qu’il n’exige ni n’accepte le sacrifice humain comme paiement. Par l’intermédiaire du prophète Michée, la Bible déclare :

“Avec quoi me présenterai-je devant l’Éternel pour m’humilier devant le Dieu très-haut? Me présenterai-je avec des holocaustes, avec des veaux d’un an? L’Éternel acceptera-t-il des milliers de béliers, des quantités de torrents d’huile? Donnerai-je mon fils aîné pour ma révolte, mon enfant pour mon propre péché?” On t’a fait connaître, homme, ce qui est bien et ce que l’Éternel demande de toi: c’est que tu mettes en pratique le droit, que tu aimes la bonté et que tu marches humblement avec ton Dieu. (6:6-8).

Lorsque nous acceptons la loi de conception de Dieu, nous pouvons lire des histoires effrayantes comme les instructions de Dieu à Abraham de sacrifier Isaac et réaliser qu’elles contiennent bien plus que ce que nous avons été amenés à croire. Ils sont censés nous montrer que, oui, les humains sont malades du péché, mais que Dieu est la source de la bonté, de la vérité, de l’amour et de la vie, et qu’il travaille toujours à guérir et à restaurer tous ceux qui lui font confiance.


  1. Patriarchs and Prophets, page 147 (Patriarches et Prophètes, 1272 FR)
  2. Desire of Ages, page 468 (Jésus-Christ 466.2 FR)
Verified by MonsterInsights