Urim Et Thummim : Le Jugement Et Le Sanctuaire

Récemment, j’ai lu ce qui suit dans un guide d’étude biblique :

Le jugement du Seigneur est étroitement lié au sanctuaire. Le sanctuaire était l’environnement où la compréhension du problème du mal par le psalmiste était transformée (Ps. 73:17-20). Le sanctuaire a été désigné comme le lieu du jugement divin comme l’indique le jugement d’Urim (Nombres 27:21) et par le pectoral de jugement du grand prêtre (Exode 28:15, 28-30). En conséquence, de nombreux psaumes représentent Dieu sur son trône dans le sanctuaire, prêt à juger le monde pour ses péchés et sa méchanceté.[1]

Quand vous entendez des descriptions comme celle-ci, qu’est-ce qui vous vient à l’esprit ? Pensez-vous à quelque chose de légal, de judiciaire, d’enquête sur les péchés et de détermination de la culpabilité ou de l’innocence, puis de sanctions appropriées ?

Si c’est ainsi que vous concevez le jugement, alors vous réfléchissez en termes juridiques humains, dans les limites de ce monde déchu, en appliquant le sens du fonctionnement de la loi humaine, en supposant que les lois de Dieu fonctionnent comme les lois humaines et que le jugement est le jugement de Dieu un magistrat ou un juge pour déterminer une conclusion juridique. Le guide d’étude de la Bible semble promouvoir cette façon de penser très déchue, humainement pécheresse et mondaine concernant le jugement – le type de jugement des royaumes de ce monde.

Mais Jésus a dit que son royaume n’était pas de ce monde ; si tel était le cas, alors ses disciples se battraient comme le monde le fait (Jean 18:36).

Cependant, le guide d’étude utilise un texte biblique pour étayer ses affirmations, nous renvoyant à Exode 28:15 et 30, qui se lit comme suit :

Tu feras le pectoral du jugement. … Tu placeras dans le pectoral du jugement l’Urim et le Thummim, et ils seront sur le cœur d’Aaron lorsqu’il se présentera devant l’Éternel. Ainsi, Aaron portera constamment sur son cœur le jugement des Israélites lorsqu’il se présentera devant l’Éternel. (S21, c’est moi qui souligne).

Mais le mot “jugement” dans ce contexte – c’est-à-dire le sanctuaire – le pectoral, l’Urim et le Thummim signifie-t-il des décisions légales et judiciaires de culpabilité et d’innocence ? Ou bien cela signifie-t-il discernement, évaluation de ce qui est bien ou mal, détermination de ce qui est le mieux, diagnostic du problème et prescription de la solution, et discrimination de la meilleure parmi une variété d’options, prise de décision sage ?

En fait, l’utilisation du terme “jugement” signifie ici l’exercice du discernement – une prise de décision sage. L’Urim et le Thummim n’ont pas été utilisés judiciairement ! Ils étaient utilisés pour discerner la volonté de Dieu, et de nombreuses autres versions de la Bible la traduisent ainsi :

Tu feras le pectoral du verdict … Tu placeras dans le pectoral du verdict l’ourim et le toummim, qui seront ainsi sur le cœur d’Aaron lorsqu’il se présentera devant l’Éternel, et Aaron portera en permanence sur son cœur, devant l’Éternel, le moyen de connaître mon verdict concernant les problèmes des Israélites. (BDS, c’est moi qui souligne).

De plus, le commentaire NET sur ces versets se lit comme suit :

L’Urim et le Thummim étaient deux objets destinés à déterminer la volonté divine… ou “jugement” (KJV, ASV, NASB, NRSV). Le terme est מִשְׁפָּט (mishpat), le même mot qui décrit le pectoral qui contenait les deux objets. Ici, il est traduit par “décisions” puisque l’Urim et le Thummim contenus dans le pectoral représentaient le moyen par lequel l’Éternel prenait des décisions pour les Israélites. Le grand prêtre avait la responsabilité de discerner la volonté divine sur les questions d’importance nationale.[2]

Voici un commentaire sur Urim et Thummim tiré du livre Patriarches et Prophètes :

De chaque côté du pectoral, deux grandes gemmes, d’un vif éclat, appelées l’Urim et le Thummim, avaient pour but de révéler au grand prêtre et au peuple la volonté de Dieu. Le Seigneur répondait aux questions posées soit par une auréole de lumière entourant la gemme de droite, en signe d’approbation ou de consentement, soit par une ombre enveloppant la gemme de gauche, en signe de désapprobation ou de refus. (p. 351 (PP 323.4 FR), c’est moi qui souligne).

Ainsi, l’idée selon laquelle le souverain sacrificateur agissait de manière judiciaire n’est pas soutenue par le pectoral, l’Urim et le Thummim, mais plutôt par le sanctuaire qui était un lieu pour discerner la volonté de Dieu, un lieu pour apprendre la sagesse, pour trouver des réponses et prendre des décisions.

Une telle compréhension est exactement ce à quoi nous nous attendons lorsque nous adorons Dieu en tant que Créateur et comprenons que Ses lois sont des lois de conception – les protocoles sur lesquels la vie est construite pour fonctionner. Dieu est le bâtisseur et le soutien de la réalité et, en tant que tels, la vie, la santé et le bonheur se déroulent toujours en harmonie avec Lui et Ses desseins. Ainsi, nous pensons que le jugement divin est la sagesse divine, le discernement, la capacité de distinguer le bien du mal et de choisir la voie la plus saine et la plus sainte.

Cette idée selon laquelle les humains auraient un problème juridique externe cosmique est un mensonge ; il s’agit de croire au mensonge selon lequel la loi de Dieu fonctionne comme la loi humaine, puis d’enseigner que Dieu ne fonctionne pas différemment d’une créature, établissant des règles et utilisant son pouvoir pour punir ceux qui enfreignent les règles. C’est le but de Satan : renverser Dieu du trône de nos cœurs et de nos esprits en nous amenant à adorer un être qui n’est fonctionnellement pas différent d’une créature.

Et lorsque nous comprenons la loi de conception, nous comprenons le véritable objectif du sanctuaire de l’Ancien Testament : enseigner le plan de salut, qui est le plan visant à guérir et à restaurer la création de Dieu pour qu’elle retrouve l’unité avec Lui en éliminant d’elle la souillure du péché, en les rendant à nouveau purs et saints.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le symbolisme du sanctuaire de l’Ancien Testament, comment il enseigne le plan de Dieu de guérir et de restaurer, et constater qu’il ne contient rien du point de vue des lois humaines, consultez notre séminaire Le sanctuaire et les jours de fête.

 


[1] Guide SS Adulte 1er Q 2024, Psaumes, p. 49.

[2] Biblical Studies Press. (2005). La première édition de la Bible NET ; Bible. Anglais. NET Bible.; La Bible NET. Biblical Studies Press.

 

Verified by MonsterInsights