Théologie De Dernière Génération
image_pdfimage_print

Les gens s’adressent souvent aux ministères Come and Reason pour leur poser des questions sur des sujets qui les préoccupent, et l’un des sujets sur lesquels on me pose fréquemment des questions est la théologie de dernière génération (LGT) : ce que j’en pense et quel est le point de vue de la loi de conception de celui-ci.

LGT est la croyance qu’un groupe de personnes, souvent appelé “le reste”, obtiendra la “perfection morale” et “cessera de pécher” avant la seconde venue de Jésus.

L’idée de perfection n’est pas une idée humaine ; l’enseignement sur la perfection vient de Jésus :

Soyez donc parfaits comme votre Père céleste est parfait. (Matthieu 5:48 S21).

Une telle déclaration est souvent entendue avec appréhension. Comment pouvons-nous, pécheurs, être parfaits comme Dieu est parfait ?

La question la plus importante à vous poser est la suivante : “Par quel angle juridique est-ce que je comprends ce passage ?” Comprenez-vous “être parfait” à travers le prisme de la loi humaine, qui est constituée de règles imposées qui surveillent et régissent le comportement – ou le comprenez-vous à travers les lois de conception de Dieu, les protocoles sur lesquels la vie et la santé sont construites pour fonctionner ?

Si vous comprenez la perfection biblique à travers le prisme de la loi imposée, alors être parfait est une question de performance, d’actes, de tâches et d’œuvres. En fin de compte, les gens enseignent qu’il faut arrêter de “pécher”, c’est-à-dire que chaque acte ou action que l’on accomplit doit être parfait. Ceux qui s’en tiennent à cette compréhension de la loi imposée préfèrent la version King James de 1 Jean 3:4 : “Le péché est une transgression de la loi”, dans laquelle ils concluent que la “loi” fait référence aux règles imposées et que la “transgression” signifie un mauvais comportement ou enfreindre les règles. Leur idée de la perfection biblique est le respect parfait des règles.

Mais ce concept induit la peur et le découragement car cet enseignement est souvent associé à un autre concept mal compris : avant la seconde venue, 1) Jésus arrête son intercession pour les pécheurs en tant que notre Médiateur au ciel et, par conséquent, 2) tout péché commis par la suite ne peut être pardonnés ou effacés des livres et, donc, 3) ces péchés restent à la charge du pécheur et, donc, 4) Dieu devra punir le pécheur dans le feu de l’enfer. C’est pourquoi, selon les partisans du LGT, la dernière génération doit être parfaite, car pour tout péché commis après que Jésus ait quitté son rôle de médiateur, le pécheur sera tenu légalement responsable.

La LGT enseignée par la loi humaine imposée cause beaucoup de détresse à de nombreux chrétiens parce qu’ils connaissent leurs nombreuses faiblesses, défauts et erreurs, et ils ne croient tout simplement pas qu’ils pourront un jour être parfaits – et selon LGT, seule les êtres parfaits seront transportés au ciel quand Jésus viendra. Ainsi, plutôt que d’accroître la confiance en Jésus, cette théologie a suscité la peur chez beaucoup et amené beaucoup à abandonner Dieu.

Lorsque nous revenons à adorer Dieu en tant que Créateur, nous réalisons que Ses lois sont des lois de conception, des protocoles sur lesquels le Créateur a construit la réalité pour opérer ; nous comprenons que 1 Jean 3:4 est mieux rendu par “le péché est l’anarchie” (NKJV, NIV, NRSV, ESV ; voir aussi NET, NCV, MES, REM, NLT) ou être en désaccord avec la loi de Dieu, ce qui n’est pas un ensemble de règles imposées mais des protocoles de conception pour la vie.

Nous comprenons que la base de la vie dans l’univers de Dieu est: Dieu et la loi sur laquelle il a construit la vie pour qu’elle fonctionne. Nous réalisons que nous, pécheurs, devons retrouver l’unité avec Dieu dans le cœur, l’esprit, l’âme et la force. Et nous lisons les paroles de Jésus sur la perfection dans leur contexte complet, permettant à Jésus de nous informer de ce qu’il voulait dire:

Vous avez appris qu’il a été dit: ‘Tu aimeras ton prochain et tu détesteras ton ennemi.’ Mais moi je vous dis: Aimez vos ennemis, [bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous détestent] et priez pour ceux [qui vous maltraitent et] qui vous persécutent, afin d’être les fils de votre Père céleste. En effet, il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous? Les collecteurs d’impôts n’agissent-ils pas de même? Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d’extraordinaire? Les membres des autres peuples n’agissent-ils pas de même? Soyez donc parfaits comme votre Père céleste est parfait. (Matthieu 5:43-48 S21).

Jésus lui-même décrit ce que signifie être parfait : aimer tout le monde, de manière cohérente et fiable, tout comme le soleil et la pluie traitent tout le monde exactement de la même manière. Mais il est entendu que cela n’est possible qu’en étant d’abord rétabli dans une relation d’amour et de confiance avec Dieu, comme Jésus l’a dit à plusieurs reprises:

“Jésus lui répondit: “Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée. C’est le premier commandement et le plus grand. Et voici le deuxième, qui lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes.” (Matthieu 22:37-40 S21).

Et comment l’amour de Dieu est-il restauré dans nos cœurs afin que nous puissions être parfaits ? C’est par la confiance, c’est-à-dire la foi, en Dieu. Ainsi, comme l’écrit l’apôtre Paul :

Tout ce qui ne provient pas d’une conviction de foi est péché. (Romains 14:23).

La perfection biblique ne concerne pas les actes ou les tâches ; c’est une question d’amour et de confiance, de maturité de caractère. Parlant de Jésus, Hébreux déclare :

C’est lui qui, dans les jours de sa chair, ayant présenté avec de grands cris et avec larmes des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et ayant été exaucé à cause de sa piété, a appris, bien qu’il fût Fils, l’obéissance par les choses qu’il a souffertes, et qui, après avoir été élevé à la perfection, est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l’auteur d’un salut éternel (Hébreux 5:7-9 LSG)

Mais Jésus n’a-t-il pas toujours été parfait ? Jésus a certainement toujours été sans péché, mais la perfection biblique n’est pas une question d’absence de péché. Adam et Ève en Éden étaient sans péché, mais ils n’étaient pas parfaits. La perfection biblique est une question de maturité de caractère, c’est-à-dire d’entrer dans une relation d’amour et de confiance avec Dieu si profondément que rien ne peut nous en ébranler. Les “parfaits” sont ceux qui restent fidèles, loyaux et vrais à Dieu dans la dévotion de leur cœur, quoi qu’il arrive. Ils peuvent avoir des questions, mal comprendre, ne pas savoir pourquoi les choses se passent ainsi ; ils pourraient crier comme Jésus l’a fait : “Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné? (Matthieu 27:45 S21), mais tout comme Jésus, ils font toujours confiance à Dieu et ne rompront pas leur confiance en Lui.

Il existe des exemples de personnes qui ont atteint une telle perfection – ce n’étaient pas des êtres sans péché, mais c’étaient des pécheurs qui en étaient venus à aimer et à faire si pleinement confiance à Dieu que rien ne pouvait les ébranler de leur fidélité envers Lui – ainsi, ils ont été décrits par Dieu comme étant “parfait.”

L’Éternel dit à Satan: “As-tu remarqué mon serviteur Job? Il n’y a personne comme lui sur la terre. C’est un homme intègre et droit. Il craint Dieu et se détourne du mal.” (Job 1:8 S21).

D’autres exemples incluent :

  • Daniel : Il préférerait être jeté dans la fosse aux lions plutôt que de trahir Dieu.
  • Shadrack, Meshack et Abednego : Ils préféreraient être jetés dans une fournaise ardente plutôt que de trahir Dieu.

Ces personnes “parfaites” n’étaient pas sans péché ; ils étaient installés dans une loyauté si fidèle envers Dieu que rien ne pouvait les en ébranler. Ils ne compromettraient pas l’amour de Dieu et des autres pour profiter ou se protéger.

C’est la perfection que Jésus demandait au jeune dirigeant riche d’obtenir :

Jésus lui dit: “Si tu veux être parfait, va vendre ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens et suis-moi.” (Matthieu 19:21 S21).

À travers quelle perspective juridique comprenez-vous les paroles de Jésus ? Si vous les lisez à travers le prisme de la loi imposée, alors Jésus a simplement établi une règle, un comportement, une tâche que ceux qui veulent être “parfaits” doivent accomplir : ils ne doivent posséder aucune richesse significative ; ils doivent vendre tous leurs biens terrestres et en donner le produit aux pauvres.

Mais si l’on comprend les paroles de Jésus à travers la loi de conception, alors on comprend que la perfection est en réalité une question de maturité de caractère – en qui on place sa confiance. Les Juifs de l’époque du Christ croyaient que la santé et la richesse étaient une preuve de la faveur de Dieu, tandis que la maladie et la pauvreté étaient la preuve de la malédiction de Dieu, du fait d’être hors de la faveur de Dieu et abandonnés par Dieu dans le péché. Le livre de Job aurait dû les empêcher de tirer une conclusion aussi erronée, mais ce n’est pas le cas ; c’est ainsi qu’ils pensaient et enseignaient.

Le jeune dirigeant riche avait cet état d’esprit imparfait et, par conséquent, sa foi n’était pas en Dieu mais dans la richesse qui lui permettait de se sentir en sécurité et juste. Jésus lui a dit que s’il voulait la vraie perfection – la perfection du cœur, de l’esprit et de l’âme – alors il devait cesser de se fier à la richesse et plutôt Lui faire confiance ; il doit se débarrasser de toutes ses sécurités terrestres et mettre toute sa confiance en Jésus. Mais le jeune homme n’a pas pu le faire, révélant que le problème ne venait pas de sa richesse mais de celui dans lequel il plaçait sa confiance.

La dernière génération avant l’apparition du Christ sera confrontée à un dilemme similaire. Ils seront opprimés par des puissances bestiales qui utiliseront des lois imposées et la force coercitive pour priver les libertés de ceux qui ne sont pas considérés comme loyaux au système bestial, notamment en leur supprimant leur liberté économique en leur confisquant leurs biens et leurs richesses. Ceux qui ont atteint la perfection dans leur loyauté envers Jésus ne compromettront pas leur foi en Lui pour conserver leurs biens, qu’il s’agisse de richesses personnelles ou de richesses institutionnelles. Ils ne compromettront pas les principes du royaume de Dieu pour conserver les propriétés de leur église, leurs hôpitaux, leurs écoles, leurs cliniques ou leurs maisons d’édition. Ils resteront fidèles à Jésus même si, comme Daniel, ils finissent captifs d’une puissance impie et jetés dans la fosse aux lions.

C’est exactement ainsi que la Bible décrit les justes prêts à être traduits, la véritable dernière génération :

ils n’ont pas aimé leur vie au point de craindre la mort (Apocalypse 12:11 S21).

Les parfaits, ceux qui sont prêts à rencontrer Jésus quand Il reviendra dans les nuées, ne sont pas ceux qui ont des actes ou des tâches parfaits, mais ceux dont le cœur a été restauré avec une confiance parfaite en Dieu. Ils sont si profondément ancrés dans leur relation avec Dieu que rien ne peut les en ébranler. Aucune épreuve, aucune tribulation, aucune tentation, aucun mensonge, aucune douleur, aucune perte, aucune attaque ne les amènera à rompre la foi en Dieu. Ils sont scellés à Dieu dans leur cœur, dans leur esprit et dans leur âme, et ils font confiance à Dieu pour leur avenir.

Soyez donc parfaits comme votre Père céleste est parfait. (Matthieu 5:48 S21).

 

 

Verified by MonsterInsights